Rechercher

Ma dépendance

J’avais 24 ans quand j’ai acheté ma première maison durant ma longue relation de 7 ans. Une belle petite vie de banlieue m’attendait. J’ai roulé les dés et j’ai avancé de trois cases pour pogner le plus long serpent du jeu et retourner à la quasi case départ. Quelques mois plus tard, la pancarte à vendre était sur le bord de la maison. J’avais 25 ans. J’étais dans un néant total et je me suis accrochée à mon chien (yup!) prête à faire face à toute éventualité. C’était l’hiver, les soirées étaient longues, pas vrai que j’allais rester écrasée sur mon divan à écouter la tivi jusqu’à temps que je me remette sur pieds. Je jouais au hockey 1 fois par semaine. J’ai vite réalisé que je me sentais 100 fois mieux avant/pendant/ après une partie. J’ai aussi réalisé que j’étais une fille hyperactive, 1 fois par semaine n’était donc pas suffisant pour moi. J’avais ce besoin de bouger constamment et de m’entourer de gens. J’ai donc développé une dépendance aux sports d’équipe.


Yesssss!

Fack à la fonte des neiges, je me suis inscrite au maximum de sports. En une semaine, je peux jouer au hockey, à la balle-molle, au flag football et au golf, en plus de l’entrainement au gym. J’ai toujours pris le sport pour acquis. Je viens d’une grande famille de sportifs alors c’est normal pour moi de toujours bouger. Par contre, maintenant je comprends le vrai sens du sport. Le sport d’équipe m'amène des "amis forcés", comme j’aime appeler. On est 12-15 sportifs ayant le même but, de se rassembler et de performer. On se fiche pas mal d’où tu viens et de ton passé. On a du fun et on est nous-même. Aucun jugement n’est permis, car on est tous dans la même famille. C’est comme le moment idéal pour déconner sans te faire juger par cette personne toujours trop pognée de toute.



Nos vies deviennent très chargées au fil des années. On focus tellement sur nos carrières et le besoin de performer socialement que certaines personnes oublient de s’épanouir personnellement. Oui, c’est bon d’avoir nos amis de longues dates, ceux qui nous connaissent par cœur, mais il est bon parfois d’ouvrir ses horizons et sauter à pieds joints dans de nouvelles relations amicales, même dans la mi- vingtaine ! Le sport d’équipe ce n’est pas juste bon pour la forme physique, c’est essentiel pour la santé mentale (la mienne du moins). Tu décroches complètement de tout, t’as pas le temps de penser à qu’est-ce que tu vas manger pour souper demain ou si ça fait 24h que ta date t’as pas texté. C’est comme des p’tites vacances de quelques heures sur un terrain, au soleil avec des gens vraiment nices qui partagent les mêmes valeurs que toi et une bière d’après match, c’est tu pas complet ça tu penses ?


Ma gang de Princes!

Bref, quand je joue à la balle-molle avec mes belles Princes et que je dois me dépêcher après pour aller jouer au hockey, je trouve ça cool que les gens me disent que je suis folle d’en faire autant. Je suis accro aux sports d’équipe, c’est pas mal mieux qu’une autre dépendance, non ?



Bonetti (Numéro 88)


Myriam Bonetti / Prince de l’équipe des bleus


Malgré son côté garçon manqué, Myriam peut aussi être coquette. Elle trouve son équilibre dans le sport et le magasinage d’où sa profession d’acheteuse d’articles de sports. Toujours partante pour n’importe quelles activités, elle n’arrive jamais à rester assise sauf s’il est question de bonne bouffe.




Nous suivre

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Nos partenaires