Rechercher

Bulle au cerveau


Cette aventure a commencé une soirée d’été au vieux port, en mangeant une guédille avec mon chum. On jasait de tout et de rien, et puis “out of nowhere”, je lui ai laché: “je pense que je m’en vais en Inde’’. Habitué à mes bulles de cerveau, il a continué de manger et m’a simplement demandé d’élaborer un peu plus sur cette toute dernière bulle. Bref, j’ai décidé de m’embarquer dans l’aventure sur un coup de tête. Je ne savais pas encore que c’était l’aventure d’une vie, mais je sentais qu’il était temps de secouer un peu les choses.



Quelques mois plus tard, j’étais dans l’avion en direction de Calcutta. Je n’ai pas réalisé dans quoi je m’étais embarqué jusqu’à ce que l’autobus qui nous amenait de l’aéroport à l’hôtel s’arrête à quelques rues de notre destination finale. Nous sommes descendues de l’autobus pour terminer le trajet à pied, et c’est à ce moment précis que j’ai réalisé ce que j’avais fait. L’odeur, les déchets, les dizaines de personnes qui dormaient dans les rues… je n’avais jamais rien vu de tel. Si seulement le choc culturel s’était limité à ça… j’étais loin de me douter que j’allais pleurer presque tous les jours devant la misère et l’injustice omniprésentes dans cette ville.


Avance rapide à mon retour à Montréal, je suis complètement chamboulée. Quand l’avion a atterri à Pierre Eliott Trudeau, j’ai sprinté jusqu’à la douane, récupéré mes valises et je suis partie le plus rapidement possible. J’avais un trop plein d’émotion, une envie de m’enfuir et de retourner chez moi le plus vite possible. Pourtant, en arrivant chez moi accueilli par mon chien fou de joie de me revoir, je sentais quelque chose de différent. Je me sentais à des kilomètres de mon chum qui pourtant faisait de son mieux pour me comprendre. Je me sentais tellement coupable d’arriver dans mon beau condo avec l’eau chaude, l’internet et un lit confortable. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi j’avais droit à tout ce confort alors que la veille, je pensais les blessures de gens vivant dans la rue.



Je n’ai pas été en mesure d’aller travailler cette semaine-là. J’ai tenté d’aller au bureau le lundi matin, mais j’étais dans un autre monde. Il y avait moi, et il y avait les autres. Je suis repartie chez moi après quelques heures, sur le bord de la crise de larmes. J’aimerais bien te dire que suite à ça, j’ai tout laissé tomber pour changer le monde. Malheureusement, c’est bien vrai que le temps finit par adoucir toutes les blessures. J’ai quand même fait quelques changements, comme me lancer à mon compte pour avoir plus de liberté, j’ai changé ma façon de consommer en essayant de vivre un mode de vie plus simple, mais le plus grand changement, il est dans ma  tête. Tous les matins en allant au bureau, je suis derrière mon volant et je compte toutes les raisons pour lesquelles je dois être reconnaissante à la vie. Je relativise mes peines et mon stress en gardant toujours au premier plan ma gratitude d’être où je suis.


Soussi (Numéro 33)


Yasmina Soussi / Prince de Calcutta


Yasmina est une fille spontanée, têtue et quand même fière de son sens de la répartie! Travaillant dans le milieu de la technologie, elle a l'habitude de devoir parler juste un peu plus fort que les autres, étant souvent la seule fille de la place. Solitaire à ses heures et party animal à d'autres, tu peux la trouver sur une terrasse sous le soleil, ou au parc avec son chien et un bon livre. Idéalement, elle allie l'utile à l'agréable en amenant son chien sur les terrasses!



Nous suivre

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Nos partenaires