Rechercher

30, ce chiffre qui fait rêver (et trembler)

Depuis que j’ai 12 ans, j’ai hâte à mes 30 ans. Je sais, c’est étrange. Je me revois encore couchée dans mon lit chez mes parent à me dire qu’un jour, je serais une belle femme pleine d’assurance, intelligente et avec des seins (ouais, ma puberté a été un peu tardive). Dans ma tête, 30 ans, c’était l’âge parfait.


Avec mon boy, Chillos (cheetos)...et des seins!

Je ne sais pas pourquoi, mais même à l’adolescence, je n’ai jamais eu de plans précis pour mon avenir. Tsé le mari (euh une femme dans mon cas), la grosse job, la maison avec deux garages, une ribambelle d’enfants et tout le reste, moi je ne pensais pas à ça, mon avenir était toujours flou. Je me disais que sans but précis, je ne pourrais pas être déçue. J’ai grandi en explorant, en essayant des choses et en avançant à tâtons. Je me suis cassé la gueule quelques fois, mais j’ai appris des choses. Tout ce que je souhaitais, c’était de continuer pour me rendre à mes 30 ans pour enfin être bien. Visiblement, j’avais idéalisé la chose, parce que comme le disait si bien feu Aaliyah « Age Ain’t Nothing but a Number ». Bref, ce n’est pas parce que tu as 30 ans que tout devient magique, facile et beau.


Wise words, RIP beautiful xxx

À mon anniversaire de 30 ans en octobre dernier, j'ai reçu un coup de poing en pleine gueule. Non, ce fameux « X » sur lequel je pensais que je me tiendrais quand j’avais 12 ans, je n’étais tout simplement pas dessus. Crise existentielle, remises en question, angoisses profondes. Je me sentais ni belle ni forte ni en contrôle de ma vie et surtout, je n’étais pas heureuse. Pourtant, si je me fiais à ce que les gens considèrent comme le bonheur, je ne faisais pas pitié du tout : une blonde cute, une job cool, un chien adorable, un diplôme de deuxième cycle avec une bourse d’excellence, un appart design dans Villeray, des activités épicuriennes à la tonne et une vie sociale bien remplie.


Il se trouve que je me suis laissée leurrée par une vision populaire de ce qu’est le bonheur, plutôt que de me poser la question : qu’est-ce qui me rendrait vraiment heureuse moi? Je n’ai pas encore la réponse, mais j’y travaille fort tous les jours. J’aime bien les gens, mais je ne veux pas vivre pour satisfaire leur perception de ce qu’est une vie réussie. J’ai le goût de vivre pour me faire plaisir, après tout, on est la seule personne responsable de notre bonheur. On ne peut pas mettre cette responsabilité sur les épaules d’une autre personne que soi.



En 2018, j’ai choisi d’écouter mon intuition (tsé la voix en dedans qui nous parle tout le temps, mais qu’on n’écoute pas souvent). Ça a l’air très cute dit de même, mais ça mène à faire des choix et prendre des décisions pas toujours fun pour se sentir en paix avec soi-même. La seule chose que je peux vous dire, c’est que de se coucher le soir et sentir que l’on a agi en accord avec nos envies est un sentiment indescriptible que je souhaite à toutes. C’est un peu freakant au début, mais on s’habitue et on y prend vraiment goût.


Je pense que les Princes m’ont gardé la tête hors de l’eau et m’ont changé les idées quand ça brassait pas mal dans ma vie. De coéquipières à amies avec les années, elles ont toujours été d’une oreille attentive et de bons conseils dans les moments plus difficiles. C’est précieux un girl gang comme ça. Pour l’une des premières fois au cours des 30 dernières années, je peux enfin dire que je me trouve chanceuse, rayonnante, épanouie, heureuse et je sais pertinemment qu’il y a une peu des Princes là-dedans.


Les capitaines!

Perron (Numéro 21)


Marie-Pier Perron / Assistante-capitaine de l’équipe des oranges


Franglo un peu loud, parfois espiègle et souvent impétueuse, Marie-Pier est une fille créative qui œuvre dans le domaine des communications-marketing. Avec son intensité, elle est facile à spotter sur un terrain de balle-molle. Il lui arrive fréquemment de laisser tomber quelques sacres bien sentis, ce qui lui donne un certain charme. Rassembleuse et curieuse, elle s’entoure de personnes qui, comme elle, aiment la vie (et le bon vin). Elle est un hybride entre le chic et le trash : un jour, c’est un champagne grand cru et foie gras et l’autre, c’est un roteux steamé ketchup-mayo-oignons et une Pasbt tablette.



Nous suivre

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Nos partenaires